Les fibromes utérins

Distribution de papier et de crayon. On est une dizaine dans la salle, mais en même temps on est seule avec soi et sa feuille. Aïssatou Sidibe, Infirmière Clinicienne est animatrice de cette conférence qui offre un espace pour aborder un sujet que de nombreuses femmes évitent souvent.

Que savez-vous des fibromes utérins ?
Tel a été sa question, et tout le monde a dû faire un effort pour exprimer ses connaissances et préoccupations sur la question.

À mesure que les diapositives d’Aïssatou défilent, l’on découvre que :

Les fibromes sont des tumeurs non cancéreuses, constituées de tissus fibreux très durs et très denses. Ils se développent souvent à partir du muscle utérin (myomètre) et du tissu fibreux de l’utérus. Pouvant mesurer de quelques millimètres à plusieurs dizaines de centimètres, les fibromes sont très courants. Près de 25 %, des cas nécessitent un traitement. Ainsi, ils sont responsables de près de la moitié des hystérectomies (ablation de l’utérus) pratiquées dans les pays occidentaux.

Les plus touchées ?
Les femmes noires sont plus exposées à des fibromes de plus grande taille et survenant à un âge plus précoce.

Quelles en sont les causes ?
Outre les explications familiales et génétiques, d’autres éléments favorisants ont été identifiés :

Les facteurs hormonaux : le développement des fibromes est soutenu directement ou indirectement par les estrogènes et dans une moindre mesure la progestérone via les agents de croissance.
L’obésité, l’infertilité, l’absence d’enfant.
Quels sont les signes les plus récurrents ?
La grande majorité des fibromes sont asymptomatiques, leur existence ne provoquant aucun trouble particulier. Il peut arriver cependant qu’ils se manifestent par des saignements menstruels fréquents et abondants, des douleurs pelviennes, des crampes abdominales, des ballonnements, voir des problèmes de fertilité.

Comment diagnostique-t-on des fibromes utérins ?
Il est bon de consulter un médecin (gynécologue) qui procédera à un examen du petit bassin et demandera des examens comme une échographie pelvienne ou vaginale permettant de révéler la présence de fibromes de plus d’un centimètre.

Comment se faire soigner ?
Les contraceptifs oraux, le stérilet MIRENA, etc. sont de plus en plus utilisés. D’autres traitements médicaux prometteurs ne sont malheureusement pas encore approuvés, pour un usage courant ou ne sont pas ACTUELLEMENT DISPONIBLES, COMMERCIALEMENT, AU CANADA.

Problématique
De nombreuses interrogations ont été soulevées quant au manque d’informations ou de techniques alternatives à l’ablation de l’utérus ici au Canada.

Comment cela se fait qu’en 2015, que des traitements médicaux qui portent ses fruits ne soient toujours pas disponibles au Canada. Serait-ce dû au fait que cela touche davantage de femmes noires, par conséquent, ce n’est pas urgent de se pencher sur ce cas ? Que cela n’apparaisse pas digne de plus de recherches que ça ? Telles sont les préoccupations exprimées par les participantes qui ne comptent pas en rester là, il s'agit de notre combat d'avoir droit à l'équité !



Femmes en Emploi remercie chaleureusement Aïssatou Sidibé et le groupe de femmes, ayant contribué à la réalisation de cette conférence riche en informations. L’atelier a été un excellent forum pour poser des questions et extérioriser nos points de vue. Nous avons appris beaucoup de choses que nous ne négligerons pas de partager avec d’autres femmes.

Encore merci pour cette conférence fort instructive Aïssatou !"

Retour